La gazette de novembre 2011.

Publié le par Ar C'hazh Du

Miaou lecteur,

 

Il est des mois comme celui-ci ou je n’ai rien à dire... Ce n’est pas qu’il n’y a rien à dire (bien au contraire) mais plutôt que le spectre terrible du « A quoi bon le dire ? » instille en moi ses volutes narcotiques et me porte doucement au découragement et à l’indolence.

 

A quoi bon dire que l’écart riche / pauvre atteint un seuil insupportable ? Apparemment les pauvres le supportent encore bien même si la « petite » délinquance (tout de même désormais armé d’AK47) indique chaque jour que ce seuil est dépassé…

 

A quoi bon dire que le bonheur de tous passe par le partage des richesses et la justice sociale ? L’individualisme semble plus important à chacun d’entre nous, assurant ainsi le triomphe du fort sur le faible…

 

A quoi bon dénoncer une planète massacrée et une surpopulation galopante ? La maternité est trop chevillée à l’utérus des femmes pour les voir y renoncer et les dirigeants préfèrent avoir une nombreuse population de crève la faim n’ayant rien à perdre en cas de guerre qu’une population moins nombreuse et plus heureuse laissant une empreinte écologique plus soft…

 

A quoi bon appeler aux urnes ? Les choix des peuples ne sont écoutés que lorsqu’ils font le jeu des puissants, sinon on se passe de son avis…

 

Et la dette, et la dette, alouette, alouette, haaaaaaa…

 

J’ai participé à une manif des indignés (je ne suis pas indigné, je suis révolté mais bon, il n’y a pas encore de manifestation des révoltés...) 150 personnes à tout casser et les passants autour qui se précipitent vers leurs achats de Noël… Cette société a eu raison des mes con-citoyens et en a fait des con-sommateurs… Cette année, les restos du cœur ont eu du mal à boucler leur budget, l’Europe remet en cause sa politique sociale pour la rejeter au bon soin des états membres, comme si un miséreux de Lettonie avait moins de valeur qu’un RMIste de France. Où est l’Europe sociale promise lors du traité de Maastricht ? Apparemment DMC comme disent les d’jeuns !

Il est probable que demain débouche sur des émeutes de la faim et un début de guerre civile, mais tant que la « dinde aux marrons » de Renaud aura plus d’importance que la mendiante Rom à l’entrée du parking ou tu as garé ton SUV, petit loup blanc, les miaulements perdus d’un chat noir sur un blog Internet n’auront guère d’importance.

 

Alors ce mois-ci, ma gazette fait relâche. Tu m’as gavé, petit loup blanc, avec ta bêtise égoïste ! Voilà gavé. Alors mettons cela sur le coup des jours sans lumières et espérons que le blues se chasse avec les fêtes (ou pas). Et je vais m’aérer la tête avec les souvenirs de mes vacances à Belle-île en mer…

 

Ar c’hazh du.

Commenter cet article

mrpayne 08/12/2011 14:12

mais non , surtout pas
qui dit que l'ennui gagne toujours car se battre devient ennuyeux
je veut bien pour te remonter le moral être le deuxième révolte
merci en tout cas pour ces articles et des points de vues aussi acérés