Le choix des âmes. 9 - Illumination.

Alexandre et Léa, 2 humains sans importance, fous de désir l’un pour l’autre s’apprêtent à faire l’amour dans leur chambre d’hôtel. Banal ? Sans doute, mais leurs âmes, elles, s’apprêtent à fusionner et comme Alexandre allait enfin s’unir à Léa, juste au moment précis ou leur corps n’allaient plus faire qu’un, Succube eut un utile réflexe de défense, et Léa se crispant, fit douter Alexandre. Il s’immobilisa, inquiet mais Léa se détendant le guida en elle.

Loin de cette chambre d’hôtel, loin de la terre, à 175 années lumières de là, Schéat se contracte et se dilate au rythme de ces deux corps joints dont le désir s’apaise et dont le plaisir monte. Le rythme d’Alexandre rappelait à Léa le ressac qui l’avait tant marqué sur la plage de Jérricaoquara. Il est la mer qu’elle aime tant, la houle qui l’a bercé dans son enfance et tant manqué plus tard devenu adulte. Lentement, inexorablement, les coups de reins d’Alexandre font venir en Léa un orgasme sourd, profond, irrépressible, unique, parfait, ultime. Succube rejoint Gabriel et tout deux montent vers Schéat dont le battement s’accélère, l’étoile s’effondre, noyés d’endorphines, Léa reçoit son plaisir et Alexandre meurt en elle, Succube et Gabriel sont un, l’étoile explose. Une supernova : l’ange et le démon ont fusionné. L’énergie libérée est fantastique, inconcevable, Alexandre et Léa, subjugués par le plaisir n’ont rien senti. Chacun de leurs atomes a été désintégré. La chambre est désormais vide, intacte mais vide. Joli mystère pour les forces de l’ordre…

Dans 175 ans, les astronomes verront cette supernova, elle sera même visible plusieurs semaines de suite, à l’œil nu, de jour comme de nuit, dans le ciel de l’hémisphère nord. Schéat, l’étoile de Léa et d’Alexandre, et surtout de Gabriel et de Succube unis désormais, Schéat n’est plus. Qu’est devenu et où est allé cet improbable androgyne ? Je laisse l’Eglise se prononcer sur la question, elle aura sans doute une réponse toute prête à vous fournir. Moi je puis juste dire que je l’ignore.

Mais ce que je sais, c’est que l’énergie résultant de l’annihilation totale de 2 corps humains de corpulence moyenne est comparable à celle dégagée par l’explosion de plusieurs bombes H. La chambre, l’hôtel, la ville et sans doute une partie de la région provençale auraient donc dû être pulvérisé par le souffle si cette énergie avait été libérée. Alors, comme la région est intacte, que je ne vous raconte pas d’histoire et que, contrairement à l’Eglise, je me sens tenu à une certaine rigueur scientifique, je vais vous dire à quoi à servi cette énergie colossale.

Lorsque Léa et Alexandre émergèrent de la petite mort, juste après leur orgasme magnifique reçu ensemble, ils étaient devenus 2 âmes errant dans l’éther ; sublimer un corps humain en une âme éthérée, voilà ce qui demande une si grande énergie… Alexandre laissait un sillage indigo, et Léa un sillage cramoisi. Ces deux âmes là ne se quitteront pas de sitôt. Ensemble, ils cherchent leur étoile, vous savez, celle qui se contracte quant ils s’en approchent. Et quant ils se lassent de la chercher, il y a tant d’étoile, ils s’incarnent le temps d’une vie pour se chercher, se trouver et s’aimer plus charnellement qu’ils ne peuvent le faire dans l’éther et plus longtemps qu’ils n’ont pu le faire sur terre. Les corps qui reçoivent ces âmes là ont une belle vie.

Léa et Alexandre sont heureux certes, mais si seulement, si seulement, ils pouvaient trouver leur étoile…

 

Ar c'hazh du (septembre 2006).